LE THINK TANK DES FRANçAIS EXPATRIés ou des binationaux résidant hors de France

Le think tank francais-etranger.org rassemble des citoyens français expatriés ou des binationaux vivant hors de France d'hier, d'aujourd'hui ou de demain et des experts internationaux francophones dans le but de contribuer au débat sur la recherche d'améliorations, de "best practices" pouvant être mises en oeuvre en France dans le cadre de réformes structurelles pour adapter notre pays aux réalités de la mondialisation.

dimanche 20 mars 2011

Qui est souverain en matière de monnaie : l’Etat ou l’individu ?

Je tenais à vous faire partager cet excellent article trouvé sur le site de l'Institut Coppet :  www.institutcoppet.org Vous trouverez ensuite des extraits du "GUIDE POUR L’ETUDE DE LA PHILOSOPHIE ECONOMIQUE"

Vous souhaitant bonne lecture

Christian Le Maître


Par Raoul Audouin

C’est la question concrète fondamentale que doivent résoudre ceux qui veulent une société où les hommes soient plus libres. On ne l’est pas, quand on doit quotidiennement se servir d’instruments de paiement qui comportent une proportion de fraude indéterminée et, aujourd’hui, fort élevée.
Or, il y a dans notre système politico-économique deux sources d’instruments frauduleux : le papier d’État à cours forcé, et le crédit monétisé. La première source accroît la domination des détenteurs du pouvoir politique, et de ces « pouvoirs parallèles » que constituent les groupes d’intérêts dits représentatifs ; les uns et les autres confèrent ainsi à leurs clientèles ce que Jacques Rueff a appelé des « faux droits ». La seconde donne une influence prépondérante dans l’économie aux financiers, alors qu’ils sont normalement des auxiliaires de l’activité d’entreprise.
Il serait parfaitement utopique de vouloir supprimer le métier de banquier, ou les monnaies-papier nationales. Les moyens de paiement supplétifs sont nécessaires, et l’activité économique en crée irrésistiblement. L’émission de papier-monnaie par les États n’est historiquement qu’un prolongement des procédés privés de création d’instruments de paiement. Le problème véritable est de soumettre ces procédés à une discipline qui permette d’éliminer, aussi continûment que possible, l’inévitable proportion de faux droits monétisés qui circulent concurremment avec les vrais.
Les moyens classiques sont d’une part la procédure de faillite, en ce qui concerne la source privée des créances illusoires ; d’autre part la procédure de libre convertibilité en monnaie-marchandise réelle, en ce qui concerne leur source publique. Payer en matière est le cran d’arrêt qui permet seul de « fermer le robinet » des fausses créances de l’une et l’autre espèce, lorsque leur proportion dans la circulation arrive au point de déclencher ce que nous avons appris à nommer — fort confusément — l’inflation.
Dans l’activité économique privée, les mauvais débiteurs ne peuvent indéfiniment prélever sans payer : ils ne trouvent plus crédit. Les États ont tourné l’obstacle par le cours forcé ; mais ce pouvoir ne peut s’exercer qu’à l’intérieur de leurs frontières. La souveraineté que ces États usurpent sur leurs citoyens est sans effet, lorsque les individus étrangers refusent d’acheter ou de vendre sur ces bases truquées : force est alors d’en revenir à l’antique formule du troc. Autrement dit : payer en matière ou en droits réels (propriétés foncières ou industrielles, œuvres d’art etc.)
Même sur le plan des réalités contemporaines, la question de la souveraineté est ainsi tranchée : elle appartient aux individus, l’usurpation étatique ne fait qu’en entraver, distordre ou, à la limite, bloquer l’exercice. Elle est sans pouvoir pour imposer un ordre factice à la vie économique internationale. Nous débouchons ainsi sur une constatation grosse de conséquences : les monnaies-papier nationales sont des instruments de paiement simplement supplétifs et subordonnés. La véritable monnaie est à trouver — ou retrouver — sur le plan mondial. C’est là qu’il faut situer la discipline hors de laquelle la liberté ne peut être que boiteuse.

GUIDE POUR L’ETUDE DE LA PHILOSOPHIE ECONOMIQUE
Introduction

L’objet de l’étude
Qu’est-ce que l’homme ?

Comment tout a commencé

Qu’est-ce que le droit naturel ?
La vie en société fonde t-elle des droits innés ?
Comment passe t-on de la prédation à l’échange ?
Quels sont les principes d’un droit humain ?

I) UNE ÉCONOMIE DE SERVICES MUTUELS
Qu’est-ce qu’une économie de services mutuels ?

Nature de la société économique
L’économie n’est-elle pas le champ de bataille des intérêts ?
L’homme est il captif des phénomènes économiques ?
L’économie au service de qui ?
Peut-on déterminer un juste prix ?

Le rôle de la monnaie commune dans une économie d’échanges
Comment des valeurs subjectives peuvent-elles se traduire en prix objectifs?
Peut-on donner un prix au travail comme à de simples marchandises ?
Qui a le droit de battre monnaie ?
L’or n’est-il pas trop rare pour servir de monnaie universelle ?
Le bimétallisme n’a-t-il pas échoué historiquement ?

La monnaie, vecteur de la coopération économique mondiale
Qui est souverain en matière de monnaie : l’État ou l’individu ?
Quelle expérience avons-nous d’une monnaie internationale ?
Comment en est-on venu à l’idée d’étalon monétaire ?
Un État n’a-t-il pas le droit d’édicter le cours forcé de son papier monnaie ?
Le sterling-papier n’a-t-il pas été avant 1914 la véritable monnaie internationale ?
Pourquoi l’or servait-il aux paiements particuliers ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire